2021-12-02 16:34:58

Togo : "Travaillons en synergie contre la corruption et la torture"

Différents acteurs de la société civile, de l'Etat et des partenaires en développement se sont engagés ce 23 novembre 2021 à réfléchir et à proposer des actions concrètes dans la lutte contre la corruption et la torture au Togo.


Togo : "Travaillons en synergie contre la corruption et la torture"
44 vues

C'était lors d'une rencontre du bureau Afrique du Centre pour les droits civils et politiques (CCPR Centre) en collaboration avec l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) et le Centre de documentation et de formation sur les droits de l’homme (CDFDH).

L’objectif de cette rencontre d’échanges est de créer un cadre pour la mise sur pied d’un groupe de travail multi-acteurs sur la thématique corruption et droits de l’Homme au Togo.

Un certain nombre d’acteurs de la société civile et d‘institutions de l’Etat s’efforcent de lutter contre la torture et la corruption. Mais, chacun travaillent dans son coin. Pour André Kangni Afanou, coordonateur du bureau Afrique du CCPR Centre, il faut désormais qu’une synergie soit développée entre ces différents acteurs.

« Il nous a semblé important de rassembler les différents acteurs de l’Etat mais aussi la CNDH, des chefs traditionnels, des opérateurs économiques, des acteurs de la justice et de la société civile pour réfléchir sur cette thématique. Nous voulons créer cette synergie-là pour que chacune de ces catégories puisse prendre conscience de ces phénomènes pour qu’on mène une lutte efficace », explique André Kangni Afanou, coordonateur du Bureau Afrique du CCPR Centre.

Les organisateurs veulent précisément sensibiliser les différents acteurs sur les manifestations de la corruption en lien avec les droits de l’Homme, la torture et les droits en particulier et susciter le débat entre acteurs autour des recommandations des organes des traités à ces thématiques.

Il s'agit également de créer un cadre de partage d’expériences sur les enjeux et défis liés à la corruption, la torture et les droits de l’Homme dans leurs domaines respectifs et identifier les grands axes d’un plan de travail pour des actions concrètes sur la lutte contre la corruption, la torture et les violations des droits de l’homme au Togo.

« Au-delà de la prise de conscience de travailler ensemble sur ces phénomènes, nous espérons essentiellement mettre sur pied un groupe de travail, qui va mener des actions de sensibilisation, de formation, du plaidoyer. Lorsqu’on parle des cas de corruption et des droits de l’Homme, que ce groupe de travail puisse documenter les cas et montrer clairement les conséquences », précise André Kangni Afanou.

Le représentant de l'Organisation internationale de la Francophonie (IOF), Passassim Atade Nanguit, se réjouit du cadre mis en place et du soutien que peut apporter son institution au groupe de travail.

 « La francophonie s’est résolument engagée pour la bonne gouvernance, la démocratie et les droits de l’Homme. Nous avons trouvé le moment opportun d’appuyer ce groupe de travail qui sera mis en place. C’est donc une joie et une véritable opportunité de nous associer à la société civile qui lutte contre la torture et la corruption », se satisfait le représentant du bureau de l'IOF au Togo.

La rencontre a connu la participation des représentants de diverses institutions étatiques et non étatiques, des ministères, des missions diplomatiques, des ambassades, des organisations internationales et organisations de la société civile togolaise.

Auteur

Par La Rédaction

Il n'y a pas encore de commentaires.
Votre message est requis.
Markdown cheatsheet.

Tu pourrais aussi êtes interessé