2022-08-10 21:19:59

La Covid-19 et la jeunesse estudiantine

L’année universitaire 2019-2020 n’a pas été ordinaire, c’est le moins qu’on puisse dire. Si l’année a débuté et se déroulait sans grande encombre, l’avènement de la pandémie liée au Coronavirus qui a bouleversé le monde a été d’un impact très ressenti sur la jeunesse estudiantine à travers le monde et togolaise en particulier.


La Covid-19 et la jeunesse estudiantine
424 vues

Les étudiants togolais ont eu à relever des défis inédits et jamais relevés en cours d’année à cause de la pandémie. En riposte à la pandémie, qui depuis mars 2020 n’épargne plus le Togo, les établissements d’enseignements supérieurs ont étés fermés et les étudiants renvoyés à la maison. Les établissements privés d’abord puis publics plus tard initierons des cours dispensés en ligne pour occuper les étudiants désormais à domicile suivant le mot d’ordre « restez chez vous ! ».

Le premier défi a été de suivre ces cours en ligne entre l’anxiété liée à la situation et la question fatidique de « à quand le retour à la normale ? » et les couts élevés de la connexion fournie par les réseaux mobiles pour la plupart des étudiants qui n’avaient pas accès à la connexion wifi. Le deuxième a été de supporter le bouleversement brusque des habitudes que la situation de crise entrainait. « S’en était fini des retrouvailles en cours la semaine et des sorties, rencontres en soirées et weekends à cause du couvre feu ».

Si pour certains c’était l’occasion de se découvrir, mettre à profit le temps passer à la maison à ne pas être toute la journée en cours ; pour d’autres c’était plutôt un moment de lassitude, de découragement et d’inquiétude sur le sors que subira l’évolution de l’année ; de dépression à cause de l’éloignement des parents, les difficultés financières et la pression liée au cours en ligne et plus tard les devoirs en ligne.

Les étudiants, les grands oubliés de la riposte sanitaire

Le gouvernement, pour accompagner les couches sociales les plus impactés par l’état d’urgence qui a été décrété, a pris des mesures dont le très fameux fond Novissi, les exonérations des charges sociales sur l’électricité et l’eau pour les foyers. Mais dans tous ces soins accordés par le gouvernement aucun n’allait à l’endroit des étudiants alors que ces derniers en avaient besoin. Non seulement dans l’attente des allocations et bourses qui devraient être versé aux étudiants du public, ces derniers se sont sentis écarté dans les mesures d’accompagnement alors qu’ils étaient l’une des couches sociales à souffrir financièrement et psychologiquement des impacts de la Covid-19.

Les mois sont passés et le retour à la normale s’est fait de plus en plus incertain. L’année sera inéluctablement pour la jeunesse estudiantine exceptionnelle. « C’est d’ailleurs une expérience très enrichissante quoi qu’on en dise. Ces mauvaises périodes ont fait de nous de nouvelles personnes plus résilientes et les problèmes ont créés des opportunités pour d’autres ».

La jeunesse estudiantine peut surtout se féliciter d’avoir su s’adapter à toutes les exigences qu’ont entrainées cette crise et fait des aménagements dans leurs routines. Elle peut aussi se féliciter d’avoir su relever le défi de suivre les cours depuis leurs smartphones et ordinateurs qui ne leur servaient pas grande chose avant la pandémie. « Si on ne voulait pas de téléphones à l’école on a quand même mis l’école dans le téléphone » s’exclame un jeune.

Auteur

Par La Rédaction

Il n'y a pas encore de commentaires.
Votre message est requis.
Markdown cheatsheet.

Tu pourrais aussi êtes interessé