2022-08-10 20:14:04

Impact de la Covid-19 sur la SSR des jeunes : Le crie d’alarme d’une jeune fille Leader

Le monde entier a été frappé depuis décembre 2019 par une crise sanitaire liés au coronavirus. Le Togo a l’instar des autres pays a décrété un état d’urgence sanitaire en prenant des mesures afin de limiter la propagation de ce virus ; entre autres la fermeture des écoles et universités, les rassemblements de plusieurs personnes réduites, le couvre-feu instauré ainsi que le confinement d’une période de 3 mois.


Impact de la Covid-19 sur la SSR des jeunes : Le crie d’alarme d’une jeune fille Leader
436 vues

En effet, l’école demeure l’endroit le plus sûr pour se protéger de la violence sexuelle dirigée contre les jeunes. La fermeture des écoles a donc compliqué la situation des adolescentes et des jeunes femmes, les privées de leurs abris habituels, les rendant ainsi vulnérables et ces dernières ont aussi des difficultés pour accéder aux services de santé sexuelle et reproductive. Cette vulnérabilité croissance est principalement due au fait que les réponses du gouvernement face au coronavirus ont plutôt trait au domaine sécuritaire que social.

Cette pandémie a eu des effets sur le plan économique, sanitaire, socio culturelle qui ont eu un poids lourd sur les jeunes en particulier les jeunes filles. Multiples sont ces impacts engendrés sur la vie et l’épanouissement sexuelle des jeunes. Il est d’ores et déjà évidents que la pandémie a freinée l’accès de ceux-ci aux services de santé de reproduction occasionnant des grossesses précoces/ non désirées, des avortements clandestins, des infections sexuellement transmissibles et exacerbé les différentes formes de violences basées sur le genre. Elles sont des dizaines à avoir contracté des grossesses au cour de la période de confinement.

Alissa, une jeune fille de la localité de Bé, âgée de 15 ans, nous raconte comment elle a vécu cette période de confinement : « Je suis Alissa élève en classe de 3ième, je suis tombée enceinte au cours de la période de confinement. Pendant cette période je passais beaucoup de temps avec mon petit ami Arafat. On révisait les cours vue qu’on est en classe d’examen. Mais par moment on s’amusait un peu. J’avais opté pour une méthode contraceptive afin de me préserver des grossesses précoces et des infections mais la fermeture des centres qui offrait ces services m’a fait oublier et je me suis donc laisser aller… ».

Les 3 mois passés à la maison en raison de la pandémie de Covid-19, ont été mal gérés par les jeunes. « Togoville, localité située dans la préfecture de Vo, à 54 Km de Lomé a enregistré des cas de grossesses chez les jeunes filles élèves. 4 grossesses ont été recensées dans une classe de TleA4 » témoigne un enseignant sous couvert d’anonymat à un confrère du site TogoTopnews.

Mais…

La bonne nouvelle est qu’à présent des efforts sont déployés au niveau institutionnel afin d’assurer la continuité des services et des fournitures de santé, les partenaires techniques et financiers font également de leurs mieux pour mettre à disposition des pays les produis de SR/PF. Wildaf Togo, le GF2D ont menées des actions sur le terrain afin de sensibiliser les jeunes à gérer leur envie sexuelle. L’ATBEF a mis en place une application mobile « InfoAdoJeune » ainsi que sa plateforme Learning pour permettre aux jeunes d’avoir des conseils, des informations claires sur la SR et de se faire consulter en ligne.

Auteur

Par La Rédaction

Il n'y a pas encore de commentaires.
Votre message est requis.
Markdown cheatsheet.

Tu pourrais aussi êtes interessé