2022-10-07 08:22:37

Abattage des arbres au Togo et ses dispositions juridiques

Légalement ou illégalement, nombreuses sont les personnes qui déracinent les arbres pour des fins diverses. Et pourtant au Togo, la loi de 2008 portant code forestier soumet tout abattage d'arbres à une autorisation préalable délivrée par le ministre chargé des ressources forestières.


Abattage des arbres au Togo et ses dispositions juridiques

Au-delà de leur rôle dans la lutte contre les changements climatiques, les arbres engendrent d'énormes avantages écologiques et socio-économique dans la société. Dans la définition des politiques togolaises en matière de protection des forêts, c’est donc d’un intérêt capital que sont prévues les dispositions juridiques relatives au contrôle de l’abattage des arbres. Selon le code forestier, il existe trois formes de protection de l’abattage des arbres. Il s’agit des espèces intégralement protégées, celles partiellement protégées et les espèces non protégées pour lesquelles l’exploitation est permise sous réserve de disposer d’une autorisation.

L’exigence d’une autorisation pour chaque coupe d’arbre, bien que gratuite pour les cas de plantations, permet à l’Etat de contrôler les quantités de prélèvement par rapport au nombre d’arbres plantés, disponibles et à même de continuer à jouer le rôle existentiel pour le vivant.

« Les mesures prises par le gouvernement permettent à l’administration forestière, non seulement de contrôler la régularité d’acquisition et la conformité avec les normes d’exploitation de ces produits, mais également d’analyser le volume d’arbres abattus en vue de prendre des mesures de protection plus efficaces. C’est dans cette logique que vous voyez que le gouvernement a adopté une politique de verdir davantage notre pays », indique Jonas Komi ANTHE, Juriste environnementaliste au Ministère chargé de l’environnement et des ressources forestières.

Au-delà de la protection générale des arbres, la loi prescrit une restriction renforcée au profit de certaines essences spécifiques pour lesquelles aucun abattage n’est permis sauf pour des raisons scientifiques ou d’utilité publique.  Il s’agit essentiellement des essences menacées d’extinction. Selon les dispositions de l’article 126 du code forestier, « est interdit l’abattage, l’ébranchage ou l’émondage d’essences protégées, même pour nourrir le bétail ».

L’essence la plus connue par la majorité sur notre territoire c’est le Pterocarpus erinaceus communément désigné sous le vocable ‘’faux teck’’ pour lequel un moratoire interdisant sa coupe et son exportation a été pris par le gouvernement le 22 juin 2016.

Faire du Togo un pays vert, c'est le souhait de tous. Face à la dégradation de l'environnement et aux affres du changement climatique, tout le monde est appelé au respect des dispositions au risque de tomber sous le coup de la loi.

Auteur

Par Aboza DADJA

Il n'y a pas encore de commentaires.
Votre message est requis.
Markdown cheatsheet.

Tu pourrais aussi êtes interessé