2022-05-17 23:47:04

Les jeunes désormais aguerris sur les mécanismes internationaux de protection des droits humains

Organisé dans le but d’outiller des acteurs des droits de l’Homme, l’atelier de formation sur l’application des instruments internationaux relatifs aux droits de l’Homme a également permis à un certain nombre de jeunes d’acquérir de nouvelles compétences.


Les jeunes désormais aguerris sur les mécanismes internationaux de protection des droits humains
308 vues

Ils sont jeunes engagés, activistes et défenseurs des droits de l’Homme mais le dénominateur commun demeure la justice pour tous. Les droits de l’Homme sont donc au centre de leurs engagements et activités de tous les jours.

Si pour certains, cette rencontre de haut niveau sur les mécanismes régionaux et internationaux de protection des droits humains a comblé des attentes, d’autres estiment avoir apporté des plus values par rapport à leurs connaissances et pour d’autres une occasion d’avoir de plus impacts dans son milieu de travail.

Selon Sharon MUKWAWAYA, activiste et membre du mouvement Girl’s Motion ; acquérir beaucoup plus de connaissances sur les droits de l'Homme afin d'apporter un regard juridique à son engagement, pouvoir orienter et soutenir juridiquement les jeunes filles, victimes de violation des droits de l'Homme qu’elles rencontrent au quotidien ; en sont ses attentes. En ce sens, la jeune femme ne s’est pas trompée.

« J'ai découvert un outil de travail que j'apprécie et je l'utilise pour faire des recherches sur des cas de violations. C’est le site de l'IHRDA. Il me sert déjà de références pour avoir des données sûres. Dorénavant, face à des cas, mes actions seront beaucoup plus concrètes, efficaces et complètes » a fait savoir Sharon MUKWAWAYA.

Andréa AZIABOU de la Clinique d’Expertise Juridique et Sociale (CEJUS), quant à elle, le but est de mieux cerner les procédures de saisine des mécanismes de protection des droits humains afin de pouvoir saisir ces mécanismes au moment opportun.

« La communication sur la base de données de l'IHRDA sur les violences sexuelles et sexistes me servira énormément dans le cadre de mes activités à la CEJUS parce que nous nous intéressons à la lutte contre les violences basées sur le genre. Cet atelier m'a permis d'ajouter une corde à mon arc en termes d'outils à ma disposition pour continuer la lutte pour la protection des droits de l'homme. Mon engagement se trouve plus renforcé » s’exclame t-elle.

Même son de cloche chez Divin-Aymard KONGAH. Ce dernier s’attendait à un renforcement de sa connaissance des recours possibles auprès de mécanismes régionaux et internationaux de défense des droits de l'Homme. « Je me sens outillé sur les opportunités et le cadre de la saisine des instances internationales en l'occurrence la CADHP. Dans nos engagements, je sais désormais qu'à défaut d'être écouté et entendu au niveau national, nous pouvons aller au niveau international. C'est d'ailleurs en cela que se trouve l'impact d'un tel atelier pour nous, jeunes engagés ».

Inès Romane ADZIMAWO, membre d’Alternative Leadership Group (ALG) a eu aussi à approfondir sa connaissance des contentieux des droits humains. « En tant que chargé au programme d’assistance juridique, je pense maintenant être plus apte à conseiller et à accompagner les potentielles victimes sur les procédures à suivre en cas de saisine de juridictionnelle ».

Tout compte fait, ces jeunes engagés qui ont fait des questions des droits de l’Homme une affaire personnelle, repartent désormais outillés et bien aguerris pour plus d’impact dans leurs missions de défense des droits humains et de justice pour tous.

Auteur

Par La Rédaction

Il n'y a pas encore de commentaires.
Votre message est requis.
Markdown cheatsheet.

Tu pourrais aussi êtes interessé