2021-12-02 15:25:07

Jeunesse, vecteur de paix et de cohésion sociale

Désœuvrés et souvent oubliés des autorités, les jeunes sont des proies faciles aux promoteurs de conflits et de l’extrémisme violent dans nos sociétés. Et, ils sont déterminants pour la paix et la cohésion sociale.


Jeunesse, vecteur de paix et de cohésion sociale
101 vues

Mis à contribution, ils sont souvent des acteurs incontournables des changements positifs et jouent un rôle fondamental dans le processus de développement. Chaque société a donc intérêt à donner plus de chance aux jeunes afin de permettre leur pleine intégration dans tous les secteurs. Ceci pour prévenir les conflits, atteindre la cohésion sociale et consolider la paix.

La résolution 2250 du Conseil de sécurité des Nations Unies adopté en décembre 2015 reconnaît et renforce le rôle des jeunes en tant qu'agents positifs pour la paix et la sécurité. A travers ses actions la jeunesse a un impact sur le renforcement de la paix et la cohésion sociale. Cela passe par son engagement certain à participer au développement. Toutefois, une jeunesse fragilisée par la récurrence des conflits, l’irrespect des droits fondamentaux et des inégalités constitue un terreau fertile à la prolifération de l’extrémisme violent.

Au regard de ce risque, la contribution de la jeunesse marque son importance. Celle-ci doit être à même de prévenir les conflits grâce à des moyens de sensibilisation sur l’intérêt de lutter pour la cohésion sociale et la consolidation de la paix. La jeunesse réunie en communauté met en place des stratégies de prévention des conflits afin de garantir la cohésion sociale.

C’est le cas de la mise en place des médiateurs internes qui ont pour rôle de communiquer, coopérer et collaborer pour empêcher que les conflits ne s'aggravent. Selon le PNUD, les médiateurs internes sont des acteurs « dont l'influence, la légitimité, le courage et les compétences uniques peuvent déclencher les changements d'attitudes et de comportements nécessaires à une transformation significative, en accordant souvent les différences avant que les tensions ne dégénèrent en violence ».

La voix de la jeunesse doit être plus entendue et considérer au niveau de la sphère décisionnelle et ce afin d’instaurer une confiance solide entre les jeunes, les gouvernements et le système multilatéral.

Un accent doit être mis sur la nécessité d’anticiper les conflits en renforçant les capacités de la jeunesse sur les techniques de prévention et de gestion des conflits afin que les jeunes soient contributeur au développement d’une société cohésive et paisible où les droits fondamentaux de tous sont respectés et l’espace civique protégé.

 

Proposé par ARYITEY Vanessa Ayélé Fafa

Auteur

Par La Rédaction

Il n'y a pas encore de commentaires.
Votre message est requis.
Markdown cheatsheet.

Tu pourrais aussi êtes interessé

  • Par La Rédaction
  • 29/11/2021 14:10
Culture de paix, gage de développement durable
  • Par La Rédaction
  • 25/11/2021 17:10
"Toxic": C'est parti pour la saison 2!